Historique
Actions Enfance Jeunesse
 
Afin de pérenniser et développer les actions Enfance Jeunesse mises en place sur la commune, La Jarne a signé une convention pluriannuelle d'objectifs avec l'association Angoul'Loisirs, dont elle partage les valeurs et les objectifs pour la soutenir dans la gestion du centre de loisirs ouvert sur La Jarne depuis septembre 2012.
 
Le centre de loisirs accueille en moyenne 30 enfants Jarnais de 3 à 11 ans et une douzaine d'adolescents de 12 à 16 ans fréquentent l'espace Jeunes.
 
La collectivité, gestionnaire de l'accueil périscolaire, a également décidé de travailler en partenariat avec l'Association dans la mise en place de l'animation et de l'encadrement pédagogique, dans un souci de cohérence pédagogique globale Enfance Jeunesse.
 
Ce partenariat est conventionné pour 3 ans, à compter du 1er janvier 2013.
 
 
L'histoire de l'école de La Jarne :
 
C'est en 1834, suite à la loi Guizot, que La Jarne ouvrit sa première école communale. On loua pour cela la propre maison de l'instituteur Monsieur Bonnefond. Elle était située à l'emplacement actuel de la pharmacie, près de l'ancienne «écolle chrétienne» où les sœurs de la Sagesse, installées par Monsieur Harouard en 1758, avaient accueilli les enfants jusqu'à la Révolution. Plus tard, après le départ de cet instituteur, la maison fut achetée par la commune.

L'école était ouverte aux garçons et aux filles mais celles-ci n'y venaient guère. C'est pourquoi la commune décida en 1856 de créer une école de filles pour laquelle le Maire, Monsieur de Montbron, fit aménager à ses frais l'annexe de l'ancienne mairie. L'enseignement était payant jusqu’en 1881. Il devint ensuite obligatoire et laïque.

Dans beaucoup de villages, les écoles de la République furent des salles austères mais spacieuses et claires, meublées de grandes tables et de bancs sans dossier, dotées d'une vaste cour, d'un jardin pour les leçons d'agriculture et d'un logement d'instituteur. D'autres locaux devaient s'y ajouter au fil des ans pour constituer des groupes scolaires encore existant.

Mais La Jarne n'était pas une commune riche ; elle conserva ses classes, regroupa plus tard tous les élèves à l'école de garçons et, d'aménagements en restaurations, maintint sa vieille école jusqu'aux années trente. C'est alors que celle-ci commença à se révéler très peu fonctionnelle, tant à cause de sa vétusté que des exigences de plus en plus précises de l'Education Nationale (alors Instruction Publique).

Les élus envisagèrent donc de construire des bâtiments neufs. En 1933, ils décidèrent l'achat d'un terrain sur la route nationale et choisirent un architecte ; mais les démarches pour les subventions furent très longues ; personne ne semblait pressé. En 1940, tout restait à faire et il fallut revoir les devis à cause de l'inflation. Puis ce fut l'occupation... Malgré l'insistance de l'administration, on ne put rien réaliser jusqu'à la Libération.

En 1946, la Préfecture interdit l'utilisation des vieux locaux. Il fallut trouver des points de chute provisoires au presbytère - dans la salle utilisée actuellement par les jeunes - et dans les baraquements, très peu confortables, laissés par les Allemands sur le camp d'aviation. En décembre 1946, le conseil décida enfin la construction d'une école, non sans contestation sur le choix du terrain ; en effet, certains élus jugeaient que la route nationale était devenue trop dangereuse pour les écoliers habitant en grande majorité du mauvais côté de la rue.

Ce n’est qu'en octobre 1951 que fut inaugurée l'école neuve, noyau de l'actuel groupe scolaire, avec 3 belles classes, un logement et une grande cour.

Depuis, la physionomie de la commune a changé et celle de l'école aussi. Un premier grand agrandissement a été réalisé en 1976 avec de nouvelles classes, un préau, des toilettes remplaçant les cabinets à l'ancienne ouverts à tous vents au milieu de la cour. Il y a eu ensuite la cantine, le terrain de sport, puis en 1986 un deuxième agrandissement avec un bureau, les classes maternelles, des annexes et un équipement plus moderne. Tout cela s'est réalisé beaucoup plus rapidement que pour la première école mais non sans l'appoint épisodique de quelques providentiels préfabriqués.

La création administrative de l'école maternelle, l'accroissement des effectifs et les nouveautés pédagogiques ont amené le Conseil municipal à réaliser un nouvel agrandissement conforme aux orientations et aux techniques actuelles. En même temps, le groupe scolaire prenait le nom de "La Pierre Levée" après le retour dans la commune du dolmen.

Nous souhaitons aux petits Jamais d'être heureux dans leur groupe scolaire et de bien y travailler. Peuvent-ils imaginer que leurs aînés s'entassaient dans de sombres locaux délabrés où, parfois, ils devaient dégeler l'encre violette de leur encrier en porcelaine.

Janine Yvonnet
Vos RDV espace Jeunesse A votre écoute